Prenons le parti de la nature, c’est l’engagement que nous prenons et que nous vous invitons à prendre en rejoignant notre mouvement.

Nous, nous sommes des élus, des responsables politiques, des responsables associatifs, des scientifiques, des acteurs du monde économiques qui voulons nous engager pour la nature.

C’est une urgence. La dégradation de la biodiversité s’accélère. Entre 60 et 70% du monde sauvage a disparu au cours des 40 dernières années. Un rythme effréné. Nous ne pouvons plus rester les bras croisés.

La societé en prend conscience. Le vote pour les écologistes a fortement progressé et dans le même temps des vents contraires soufflent avec des réticences voire des oppositions qui se mobilisent contre les changements vers plus d’écologie. La crise post Covid pourrait ne rien arranger à cette tension.

Face à cette tension, nous croyons que les solutions ne seront pas dans l’incantatoire ou la radicalité. Aller trop vite, trop loin, au motif de l’urgence (qui est certes réelle), fait malheureusement courir le risque de l’échec et du retour en arrière. Et précisément, l’urgence écologique ne peut se permettre un statuquo ou un retour en arrière. Nous sommes des élus et acteurs politiques et publics situés au centre du paysage politique. Nous voulons mettre au service de la biodiversité et du bien être animal cette conception politique du compromis, seule à même de faire avancer, pas à pas, les changements nécessaires vers une humanité réconciliée avec le monde vivant sauvage qui l’entoure.


Paroles de membres

Il est indispensable que les femmes soient au cœur de la réflexion

Olga Johnson

Energies pour l’Afrique

Le sujet de l’écologie, de la nature est lié à des politiques culturelles

Benoit Solès

Comédien et auteur

Mettre en oeuvre des actions concrètes sur la sobriété sur l’usage de l’énergie et de l’eau

Fabienne Keller

Députée européenne

Il faut prendre soin de nos santés humaines, animales et environnementales

Loïc Dombreval

Député

On est obligé d’avoir une pensée sur ce qui nous entoure si on ne veut pas le voir disparaitre

Florence Darel

Actrice

Travailler tous ensemble pour trouver des solutions

Jules Pasquier

Etudiant

Il faut que nous construisions l’écologie de façon naturelle

Maud Petit

Députée

Il y a urgence à agir avec les acteurs du privé, du public, de toutes les institutions grandes ou petites

Benoît Calatayud

BPI France

Au Mont Blanc, la Mer de Glace perds 4 mètres par an !

Samia Brahimi

Ingénieure

On a besoin d’une entrée sociale de l’écologie

Gilles Berhault

Fondation des Transitions

Réconcilier la nature et l’Homme

Philippe Mathis

Associatif

Les questions de biodiversité c’est d’abord un engagement local

Isabelle Florennes

Députée

Le mercure touche les populations locales mais aussi la nappe phréatique

Baba Ould Jiddou

Militant 

Que notre planète vive belle comme elle est !

Béatrice Lecouturier

Conseillère de Paris

Avancer ensemble

Pierre Quintard

Institut Jane Goodall

Il faut des écologistes qui puissent parler aux entreprises

Christophe Madrolle

Militant écologiste

La question de l’écologie va passer par une réflexion autour de notre cadre de vie

Meriem Chabani

Architecte urbaniste

On ne transformera pas la société si tous les citoyens n’ont pas compris la question de la biodiversité, du climat et de la nature

Antonio Duarte

Écologiste engagé

Les jeunes ont envie de s’investir sur les questions écologiques

Sandrine Lamiré

Conseillère régionale

L’écologie doit être présent dans toute la société

Jean Spiri

Crisp